Partie 1 • Partie 3 • Partie 4 • Partie 5

Nous revoilà pour cette première partie des choses sérieuses dont on vous parlait dans l’article d’intro. Le DÉMONTAGE. En effet pendant quelques jours nous allons sortir au fur et à mesure plusieurs articles relatant la construction du vélo du projet La Charrette. C’est quoi La Charrette ? C’est notre dispositif de sérigraphie mobile ! Allez voir ici ou encore ici pour en savoir plus. Au programme : démontage, sablage et peinture, remontage, motorisation avec le pédalier Cycloboost, branding du vélo et même un petit tuto « boîte de batterie » !

Un dépeçage en règle

Quand je dis « choses sérieuses », je pèse mes mots. Démonter un vélo c’est bien, ça peut même sembler facile. Démonter un vélo dans l’espoir de le remonter à peu près en entier ensuite c’est autre chose. Comme notre but était de le faire sabler pour ensuite le faire repeindre, le cadre devait être totalement nu. Je me suis alors dit que c’était peut être pas idiot de documenter en photos la façon dont l’ensemble était monté. Et franchement, je n’ai jamais autant remercié mon moi du passé qu’au moment du remontage ! Au départ j’ai commencé par prendre des photos de choses qui me paraissaient évidentes : tige de selle, dynamo, boulons etc.

Et puis au fur et à mesure du démontage des éléments, les choses sont devenues sales, et complexes.

Les choses se compliquent

Parce que quand tu as tout enlevé, tu te rends vite compte que soit certains éléments sont fixés ensemble, et que bien sur il faut démonter le premier avant de pouvoir démonter le second. C’est évident, il y a un ordre pour démonter un vélo. Sauf que c’est typiquement le genre de truc dont tu te rends compte pendant que tu le fais. Bref, après avoir compris dans quel ordre il fallait que tu démontes les éléments c’est à ce moment là que tu t’aperçois qu’il te manque certains outils pour pouvoir terminer le boulot. En effet, tu ne peux pas démonter les éléments restants juste en donnant des coups de pieds dedans.

Exemple flagrant ci-dessus avec la chaîne qui passe dans le cadre. Pour pouvoir démonter la chaine, soit il y a déjà une attache rapide dessus, ce qui n’est évidemment pas le cas sur les vélos de La Poste. Soit il te faut un dérive-chaîne. Petit outil par la taille mais grand par le service qu’il te rend puisqu’en tournant la petit manivelle tu viens pousser le bitoniau au milieu du maillon et hop ! tu ouvres ta chaîne. Magie de la mécanique.

Autre étape assez fun, qu’on a gardé pour la fin : enlever le boitier de pédalier. En effet, pour que le cadre passe au sablage il faut absoluement que le cadre soit totalement nu. L’autre raison, et pas des moindres, c’est que notre moteur Cycloboost s’installe sur le boitier de pédalier. Donc avant de pouvoir l’insérer dans le boitier, il fallait forcément déloger celui en place. On aura l’occasion d’y revenir plus en détails plus tard.

Étape qui pourrait figurer dans les 12 travaux d’Hercules tellement cela nécessite de force pour déloger le boitier. En réalité, c’est quand même plus facile quand tu disposes des outils nécessaires ! Il te faut donc non pas un mais deux outils pour y arriver. Un étau à vélo, ainsi qu’un démonte boitier de pédalier (oui c’est son vrai nom). Après moults essais, une pince plate arrachée et quelques coups de mains de personnes qui se reconnaitront, nous y sommes arrivés !

Le bonheur du travail terminé

Après ce petit « boss de fin » plutôt balèze, un petit coup de nettoyage et hop le cadre, le porte-bagage ainsi que le porte-paquet sont prêts à partir au sablage ! 🙂

La Charrette désossée Antonin+margaux

Rendez-vous dès mercredi 20 juillet pour découvrir le magnifique cadre sablé (croyez moi ça vaut le coup <3).
Alors, vous vous sentez prêts à vous lancer dans l’aventure du démontage ? 🙂

Partie 1 • Partie 3 • Partie 4 • Partie 5